Archives du mot-clé hd-dvd

Lecteurs Toshiba

Toshiba-Logo

Clic droit + « Enregistrer sous » pour récupérer le fichier PDF de la notice ou le firmware…

Toshiba HD-E1
Firmware 4.0
Spécifications Lecteur
Manuel utilisateur – France

Toshiba HD-EP10
Firmware 4.0 + Instructions
Spécifications Lecteur
Manuel utilisateur – France

Toshiba HD-EP30
Firmware 4.0 + Instructions
Spécifications Lecteur
Manuel utilisateur – France

Toshiba HD-EP35
Firmware 4.0 + Instructions
Spécifications Lecteur
Manuel utilisateur – France

Toshiba HD-XE1
Firmware 4.0 + Instructions
Spécifications Lecteur
Manuel utilisateur – France

Manuels & Firmware

Voici mis en ligne une base de données concernant les modes d’emploi ainsi que les Firmware des lecteurs de HD-DVD aujourd’hui en notre possession et qui va s’enrichir au fil du temps.

Les firmware ont été téléchargés à l’époque directement depuis le site officiel de Toshiba ce qui est un gage de qualité. LaserdiscPlaza n’est en aucun cas responsable d’une éventuelle mauvaise manipulation au moment de la mise à jour de votre machine ou d’un quelconque dysfonctionnement après cette mise à jour. Ces mises à jour se feront à vos risques et périls.

Ces documents et firmware sont tous en libre téléchargement.

Si vous-même en possédez qui ne sont pas présents dans cette liste et que vous pouvez nous les faire parvenir n’hésitez pas à nous contacter !

Cliquez sur les logos pour aller sur les pages dédiées aux notices et firmware.

Toshiba-Logo

Les lecteurs HD-DVD

TOSHIBA HD-E1
Le lecteur HD-E1 est la platine d’entrée de gamme de Toshiba. Ce fut le premier lecteur à sortir en france avec le EX-1. Avec lui pas de full HD en 1080p, ni d’audio en 7.1. Néanmoins l’essentiel est là : prise HDMI 1.2 (1080i), prise S-Vidéo, 1 prise composante YUV (1080i), 1 prise Cinch vidéo, sorties audio Cinch, sortie audio numérique optique et 1 prise RJ45, 2 prises USB (face avant).
Ce lecteur, comme tous les autres lecteurs Toshiba, lit les HD-DVD, DVD (possibilité de le dézoner), les CD Audio, DVD-R/-RW video, CD-R/RW audio. Il peut restituer le Dolby Digital 5.1, le DTS 5.1, le DTS HD, le MPEG Audio, le PCM 5.1. A travers le HDMI, il pourra restituer le Dolby Digital Plus, le DTS HD Hi-Resolution Audio (qui sera converti en DTS classique) et le Dolby True HD : néanmoins, il ne possède pas de décodeur interne, et un ampli capable de traiter ces signaux sera nécessaire pour pouvoir en profiter (qui doit de plus être doté de prises HDMI). Pour la vidéo, il supporte les codecs VC1 et MPEG4-AVC. Sorti au prix de 599€, il se trouve désormais aux alentours de 70 – 90€ : un bon prix pour pénétrer de plein pied dans la HD. D’autant qu’il upscale également vos vieux DVDs jusqu’au 1080i (uniquement via la prise HDMI). A dire vrai, la différence avec par exemple le HD-EP30 ou le HD-EP35 en terme de qualité d’image, n’est pas flagrante ! C’est donc un excellent lecteur !
PARTIE DVD – DEZONNABLE.

lecteurshddvd01

lecteurshddvd02

TOSHIBA HD-EP30
Avec cette platine, à vous la vidéo en Full HD : 1080p. et les films en 24 images/s, mais toujours pas de 7.1 dispo pour l’audio en interne, il faudra encore passer par un ampli externe. Pas beaucoup de différence donc avec le HD-EP35 décrit un peu plus loin, si ce n’est pour l’audio comme indiqué au-dessus et la non compatibilité avec le système Deep Color Function. Et enfin encore une prise HDMI 1.2 pour ce HD-EP30.
PARTIE DVD – DEZONNABLE.

lecteurshddvd03

TOSHIBA HD-EP35
Il aura fallu attendre ce lecteur pour que Toshiba franchisse un pas par rapport aux autres lecteurs. En effet, c’est le 1er lecteur milieu de gamme avec un prise HDMI 1.3. Ce qui vous permet de bénéficier enfin du son 7.1 Bit Stream en sortie et vous aurez également la technologie Deep Color pour un rendu des couleurs plus réaliste. La vidéo est en 1080p comme le EP-30, compatible 24p. Niveau connectique, il est plus que bien fourni : 1 Prise HDMI 1.3 (1080p), sorties audio Cinch 5.1 analogiques, sortie video YUV (1080i), sortie video composite Cinch, 1 prise Ethernet RJ45, sortie audio numérique optique et sortie audio Cinch 2.0 et deux ports USB. Vendu 450€ à l’origine, ce lecteur reste encore assez côté : entre 100 et 250€, néanmoins plus le temps passera et plus les prix baisseront, alors patience. Au pire rabattez-vous sur le EP-30, qui lui se trouve aux mêmes tarifs que le HD-E1 il n’y a pas de grandes différences.
PARTIE DVD – DEZONNABLE.

lecteurshddvd04

lecteurshddvd05

TOSHIBA HD-EX1
Le modèle le plus haut de gamme sorti par Toshiba : probablement l’un des meilleurs lecteurs HD jamais crée. Avec sa télécommande rétro-éclairée, d’emblée il en « jette » ! La platine EX1 était à l’origine vendue à un tarif de 899€ : on se demande à l’heure actuelle, comment des compagnies peuvent encore proposer des lecteurs à des prix aussi indécents (ça faisait tout de même près de 5900 Francs !). Pourtant tous trouvait ce prix justifié, car non seulement ce lecteur est une formidable platine HD-DVD, mais aussi un excellent lecteur de DVD ! Ici on est loin du HD-E1 et des EP30-35 ! Equipé d’un prise HDMI 1.3, il restitue la vidéo en 1080p compatible 24p. Avec une partie sonore exceptionnelle. Mais son atout de taille, est la fameuse puce Reon-VX HQV qui upscale les DVD comme aucune autre platine (même la PS3 est larguée !). Ornée de connecteurs plaqués or, étant à la fois une superbe platine HD-DVD, et un magnifique lecteur DVD : que demander de plus ? Rien ! Attention toutefois, cette platine tourne encore autour de 300 – 400€ en occasion. Mais si vous n’avez qu’une platine HD-DVD à acheter, c’est celle-ci ! Possède une prise RJ45, sortie audio coaxiale, sortie audio numérique optique, sortie vidéo YUV (1080i), sorties audio analogiques Cinch 5.1, sortie video composite Cinch, sortie audio Cinch 2.0, sortie S-Vidéo, une sortie HDMI (1080p) et 1 prise RS232.
PARTIE DVD – DEZONNABLE.

lecteurshddvd06

TOSHIBA HD-EP10
Encore un lecteur qui vous permet de profiter de la vidéo en 1080p (mais pas de compatibilité 24p), malgré le fait qu’il possède une prise HDMI 1.2a qui n’est pas évolutive. A mi-chemin entre un HD-E1 et un EP30, il n’y a rien de particulier à dire sur ce lecteur. Si ce n’est qu’il est assez rare à trouver en occasion. Pas de décodage audio 7.1, mais le reste est là ! Connectique : 1 Prise HDMI (1080p), 1 Prise S-Vidéo, 1 prise YUV(1080i), Sortie audio analogique Cinch 2.0, sortie audio numérique optique, sortie vidéo composite Cinch et 1 prise RJ45.

lecteurshddvd07

LECTEUR POUR CONSOLE XBOX 360
Alors que la Playstation 3 de SONY dispose d’un lecteur Blu-Ray intégré, Microsoft avait fait le choix de sortir sa console vedette avec un simple lecteur DVD intégré. Ce qui leur permit d’être les premiers sur le marché de la console HD. Néanmoins, pour raison stratrégique envers son rivale Japonais, Microsoft sortit ce lecteur HD-DVD en option. A base d’une mécanique Toshiba (nous ne sommes donc pas dans l’inconnu !), la première déception vient du fait qu’on ne peut pas le connecter en HDMI ! La seconde est qu’il faut une Xbox360 ! Car bien qu’il puisse être connecté à un PC ou un Mac, aucune application ne permet de lire les HD-DVD dessus. Le lecteur se connecte à la console en USB 2.0. Et délivrera son image via la sortie composante YUV en 1080i de la XBox360 après la MAJ du logiciel de la console (fourni), pas de 1080p donc pour ce lecteur en YUV : même si une MAJ logicielle était prévue pour délivrer du 1080p via le YUV, la mort du support à sans doute avorté l’initiative. Néanmoins, pour les Xbox360 équipées de prise HDMI, il n’y a pas de soucis à se faire : le signal sortira par celle-ci en 1080P. Visiblement, l’image délivrée par ce lecteur semble très bonne (d’après les tests des sites Webs à l’époque) et il peut comme une platine HD-DVD « classique » lire également les DVD (sans upscale ici) et CD Audio. La partie audio justement, visiblement tout est pris en compte : du DTS, Dolby Digital au Dolby Digital Plus, DTS HD, Dolby True HD et bien sûr le PCM non compressé. Ce lecteur qui fut le tout premier dispo en France, est disponible aujourd’hui à moins de 30€, si vous avec une XBox360 : il serait dommage de vous en priver ! Une télécommande l’accompagne (le pack contenait : le lecteur, son alimentation, le câble USB 2.0 et la télécommande). A noter que ce lecteur est utilisable sur PC sous Windows Vista, grâce à 2 logiciels (Total Media Theater 3 de Arcsoft, et Power DVD Ultra 7.3).

lecteurshddvd08

Il y eu d’autres lecteurs qui furent sortis, aux USA notamment, toujours par Toshiba. Ceux-ci pour certains sont l’équivalent US des lecteurs présentés ici, et il n’est donc pas important d’approfondir ce sujet. Tout comme il existe un graveur de HD-DVD, mais aujourd’hui est-ce bien utile ? Voici tout de même une liste de ces lecteurs :
– Toshiba HD-XA1 (USA)
– Toshiba HD-A1SN (USA)
– Toshiba HD-D3 (USA)
– Toshiba HD-A3 (USA)
– Toshiba HD-A30 (USA)
– Toshiba HD-A35 (USA)
– Toshiba HD-A2WKU (USA)
– Toshiba HD-XA2 (USA)
– Toshiba SD-L902A (graveur HD-DVD pour PC)

Présentation du support

Présentation du support HD-DVD

Naissance d’un Successeur
La couleur rouge pour le clan du HD-DVD, la couleur bleu pour le clan du Blu-Ray : c’est ainsi que l’on pourrait résumer la guerre qui allait opposer les constructeurs les uns aux autres (et les fanboys des deux technologies) pour imposer leur support respectif qui devait succéder au DVD en 2003. En réalité, cette « succession » allait surtout être un combat acharné entre deux constructeurs Japonais de renom : TOSHIBA pour le rouge, SONY pour le bleu. En fait, la couleur n’est pas représentative de la technologie utilisée par les fabricants : puisque, Toshiba ou Sony, les deux sociétés utilisent un laser de couleur bleu avec une longueur d’onde plus faible que le laser rouge du DVD, permettant ainsi de stocker plus de données. Tout commence exactement à la date du 19 novembre 2003 : le DVD forum décide d’adopter l’AOD comme successeur au DVD pratiquement vieux de près 10 ans. En effet, le DVD est « sorti » en décembre 1995 : c’est une antiquité dans le monde de la vidéo et de l’informatique ! Ce projet présenté par Toshiba et MemoryTech renommé « HD-DVD » est le grand gagnant face au projet Blu-Ray présenté par Sony et Phillips. Un an plus tard, 4 studios d’édition vidéo choisissent priroitairement le HD-DVD (sans exclusivité) : NewLine Cinema; Paramount Pictures; Warner Bros et Universal Studio (ils resteront fidèles au HD-DVD jusqu’au dernier moment). Le HD-DVD était aussi un support informatique, il existait des graveurs HD-DVD pour les PC, et des HD-DVD vierges (capacité de près de 15Go). Quand je vois le temps qu’il faut pour graver 4Go sur un DVD, j’ose à peine imaginer pour 15 !

hddvd01

Une Guerre frontale multisupports au détriment de l’utilisateur
Mais SONY n’a pas dit son dernier mot, et n’avale pas la pilule d’avoir perdu. Galvanisé par le succès d’avoir en partie imposé le DVD grâce à sa PlayStation 2 bien des années en arrière, le constructeur a dans ses cartons le projet de sa Playstation 3, véritable enjeu économique pour la société, et celle-ci est à base de Blu-Ray. La guerre est alors lancée, et ceci va créer une énorme confusion pour le grand public qui à déjà du mal à s’y retrouver avec la Haute Définition. Non seulement les standards de la haute définition ne sont pas bien définis, mais en plus pour la diffusion des films, le public va devoir faire avec deux supports. Ceci va freiner considérablement la Haute Définition car personne ne sait quel support favoriser, que ce soit le public ou les studios de production, et du coup personne n’investit. Pire encore, certains choisissent un camp, tandis que d’autres décident de faire avec les deux supports HD. Ajoutez à cela que comme d’habitude à l’arrivée d’une nouvelle technologie, les lecteurs sont chers, le support est cher. Et puis, il reste deux inconvénients de taille : tout le monde n’est pas encore équipé avec un écran LCD pour en profiter, et enfin si le public à vu une réelle différence entre la VHS et le DVD, entre le DVD et le HD-DVD ou le Blu-Ray, ce n’est pas l’évidence même ! Enfin une nouvelle concurrence émerge doucement : la VOD. La nouvelle génération ne jure que par le dématérialisé (merci à un certain baladeur siglé d’une pomme croquée !) et on se demande si investir dans le support physique en vaut la chandelle. C’est en 2007 que Paramount et Dreamworks décident pourtant de favoriser le HD-DVD au détriment du Blu-Ray. Beaucoup pensent que l’éditeur bien connu du système « Windows » pour les PC, à « acheté » avec un chèque de 100 millions de dollars, le ralliement de Paramount au support rouge. D’ailleurs Microsoft qui encourage le HD-DVD va accentuer la guerre en ajoutant un nouveau support : le jeu vidéo. Pour ce faire, Microsoft sort un lecteur pour sa console phare la XBOX360 (pour des raisons stratégiques face à son concurrent sur ce secteur : SONY !). Microsoft sera d’ailleurs rejoint par Intel et par NEC pour soutenir le HD-DVD.

hddvd02

Un peu de technique
Le HD-DVD se présente comme un DVD Classique de 12cm, mais ne peut se lire que sur une platine spécifique. A l’inverse, le DVD lui pourra être lu sur une platine HD-DVD. Là où un DVD classique simple face, double couche peut stocker en totalité 9Go (4.7Go X 2 couches), un HD-DVD simple face, double couche peut lui stocker en totalité 30Go (soit 15Go X 2 couches) soit 3 fois la capacité d’un DVD simple. Un HD-DVD de 15Go peut contenir 4 Heures de video HD, tandis qu’un HD-DVD de 30Go peut lui avoir 8H de video HD. Un HD-DVD triple couche d’une capacité de 51Go (12H de video HD) devait sortir pour concurrencer la capacité du Blu-Ray (50Go par Disque) mais il n’eut pas le temps de voir le jour. Pour la haute définition, il faut des nouveaux codecs vidéo et audio : ainsi, le HD-DVD supporte le MPEG2 (format du DVD classique); le VC-1 (qui sera le plus utilisé) et l’AVC pour les résolutions de la haute définition : 780p; 1080i et 1080p (qui est le full HD). La partie sonore n’est pas en reste puisque nous avons droit au Dolby Digital Plus. Ce format compressé, évolution du Dolby Digital, offre d’office 8 canaux (le fameux 7.1) sur le HD-DVD et peut aller jusqu’à 14 canaux. Le débit de ce format 6.144Mo/s permet de délivrer une meilleure qualité sonore que le Dolby Digital classique mais reste compatible avec ce dernier. Le Dolby Digital Plus était la norme audio obligatoire sur le HD-DVD alors qu’elle n’est qu’optionnelle sur le Blu-Ray. Ce signal ne peut être véhiculé que par une prise HDMI 1.3 car le débit des liaisons numériques optiques ou coaxiales est insuffisant pour traiter ce format. Vous pourrez toutefois si vous avez l’ampli adéquat, en profiter en analogique avec 8 câbles cinch (RCA), le décodeur se trouvant dans le lecteur HD-DVD. Au DD+, s’ajoute le Dolby Digital True HD qui lui est un format sonore sans perte, similaire à la technologie du DVD Audio. Il délivre une qualité sonore exceptionnelle qui est identique au master réalisé en studio, il restitue 8 canaux (7.1) en 24bits/96khz avec un débit de 18Mbits/s (à noter : les HD-DVD utilisant ce format dépassent rarement 5Mbits/s). Il peut lui aussi restituer plus de canaux, mais le Blu-Ray et le HD-DVD le limitent à 8 canaux. Une prise HDMI 1.3 est nécessaire pour le véhiculer. C’est un autre format audio obligatoire pour le HD-DVD, optionnel pour le Blu-Ray. Vient ensuite le DTS-HD qui est une évolution du DTS « classique » (en 5.1) pour la haute définition : ce format est au HD-DVD, ce que le DTS est au DVD. Son débit maxi est de 24Mbits/s (soit du 7.1 en 24bits/96Khz) etil peut avoir un nombre de canaux illimités. Cependant les deux supports HD le limitent à 8 canaux avec un débit de 3Mbits/s ce qui nous donne un DTS HD 8 canaux (7.1) en 24bits/48Khz. Il nécessite lui aussi une HDMI 1.3 pour être véhiculé. Le dernier format très minoritaire est le LPCM : prenez le son d’un CD, augmentez le nombre de canaux à 7.1 et sa résolution à 192Khz sur une précision de 24bits et vous avez le LPCM. Un format de la meilleure qualité qui soit, pas compressé et libre de droit (comme le FLAC pour les baladeurs MP3). Une prise HDMI 1.3 est nécessaire.

hddvd03 hddvd04 hddvd06

Et les diffuseurs ?
A ces nouveaux formats, avec des résolutions plus élevées, il fallait un nouveau type de téléviseur pour en restituer la qualité. C’est alors que les téléviseurs plasma et LCD vont venir à la rescousse. D’ailleurs ces nouveaux écrans plats seront nommés TV HD, et les cathodiques désormais les TV SD. Je vous rassure, les écrans plats n’ont pas été crées pour le HD-DVD ni le Blu-Ray, mais pour la télévision haute définition. On nous en parle depuis un moment (rappelez-vous du D2 Mac Packet !) mais la technologie végétait un peu. Avec l’ère du DVD, des consoles de jeux vidéo HD, des Box ADSL qui peuvent véhiculer de la Vidéo Haute définition et la technologie des tv qui évolue on a pu répondre à des supports HD. Enfin presque, car comme je le disais plus haut : les normes HD n’étant pas finalisées, tout le monde s’est mélangé les pinceaux, et cela nous donne un beau bazar ! Prenons par exemple les résolutions. Pour avoir de la full HD, il vous faut une tv qui « monte » en résolution de 1920X1080 pixels en progressif. Mais vous avez aussi le HD Ready qui lui doit avoir au minimum 720 lignes, un format vidéo de 1280X720 (à 50/60Hz en progressif – 720p) et aller au maximum à 1920X1080 (à 50/60Hz en entrelacé – 1080i). Il doit aussi avoir la protection HDCP sur le DVI ou le HDMI. La meilleure connectique étant le HDMI (la péritel numérique), nous vous conseillons de relier votre lecteur par cette prise. Que dire de plus sur les écrans ? La question à se poser est quelle sera votre utilisation? Si vous êtes cinéphile, sans hésiter tournez-vous vers le plasma, si vous souhaitez regarder des films, jouer aux jeux vidéo, brancher votre ordinateur, bref une tv multifonction : mieux vaut se tourner vers le LCD ou LED. Pour ce dernier, cela n’apporte pas grand-chose par rapport au LCD, c’est juste la source lumineuse qui change, rien de plus. A noter que les écrans plasma ont besoin d’un rôdage, et qu’ils ont tendance à se dégrader dans le temps ! Pourtant les dalles dernière génération font des merveilles, et il n’y a qu’avec le plasma que vous retrouverez une image type « tv cathodique » (il n’y a qu’à voir les téléviseurs Kuro de Pioneer, mais là on parle d’écrans à 3000 – 4000 euros). Pour le LCD c’est le contraire : en effet, c’est son utilisation dans le temps qui stabilisera sa luminosité et ses couleurs, et fera que le LCD s’améliorera. Après en HD, pas de problème de taille, vous avez le choix : de 82cm à 127cm alors faites vous plaisir. Attention toutefois, plus l’écran est grand, plus votre appartement doit l’être aussi pour avoir le recul nécessaire pour avoir la meilleure visibilité. A savoir aussi que plusieurs acteurs du marché partagent la même technologie en LCD : ainsi SONY et SAMSUNG ont une usine commune pour les dalles, SHARP fabrique ses propres dalles LCD et en fournit à Pioneer pour ses écrans par exemple, etc. A vous de vous renseigner sur la future tv de vos rêves (il y a d’ailleurs pour cela un excellent site internet : LCD Compare qui est un recueil d’avis de consommateurs sur les tv LCD, LED, Plasma…) !

HD-DVD et Blu-Ray : même combat !
Il est inutile que ce soit pour les deux supports, de parler de qualité d’image pure et dure : car dans ce cas, le HD-DVD l’emporte le plus souvent sur le Blu-Ray quoiqu’en disent les fanboys. Ceci tient seulement au fait que techniquement, le HD-DVD offrait une qualité supérieure au Blu-Ray. Malgré ce que disent les données techniques sur le papier, le HD-DVD faisait mieux. C’est tout ! Bien réalisé techniquement, le Blu-Ray fait aussi bien que le HD-DVD, ni plus, ni moins et l’inverse marche aussi : un HD-DVD ne fera pas mieux qu’un Blu-Ray bien fait techniquement ! Pourtant, aucun des deux supports, n’est vraiment au point. On commence avec la connectique HDMI qui ne cesse d’évoluer au fil des standards audio et vidéo. Ainsi on a commencé au 1.0 pour en arriver au 1.3 permettant d’avoir la full HD. En HD-DVD si vous n’aviez pas le bon lecteur, vous vous retrouviez avec du 1080i uniquement sans possibilité d’upgrade. Mais ce n’est pas mieux pour le Blu-Ray, si vous n’achetez pas la Playstation 3 comme lecteur qui est le seul évolutif pour les normes à venir, point de salut : vous vous retrouvez avec un lecteur figé. Sans compter les bugs techniques sur certains lecteurs, la lenteur des lecteurs (bien que le Blu-Ray soit légèrement plus véloce). Bref il n’y a pas un clan pour relever l’autre.

Le HD-DVD est mort, est-ce le meilleur support HD qui a gagné ?
Le 19 février 2008, Toshiba déclare publiquement que le HD-DVD est mort, suite à l’annonce de Warner Bros de supporter exclusivement le Blu-Ray, et à la chaîne de distribution WallMart de suspendre la vente du HD-DVD. La nouvelle se répandra comme une traînée de poudre, et la réaction de « sauvons les meubles tant que nous le pouvons » suivra chez les éditeurs qui supportent le clan rouge. Seul Universal restera fidèle au HD-DVD jusque la fin. Tout comme à l’époque on l’avait murmuré pour Microsoft avec Universal, on chuchote que SONY aurait payé une forte somme à Warner pour porter un coup fatal au HD-DVD. Il faut dire que la guerre durait, aucun des deux acteurs ne lâchait un pouce de terrain, et cela commençait à échauffer les consommateurs et les éditeurs, car cela retardait le décollage de la HD. Alors le Blu-Ray est-il le meilleur support de la HD à avoir gagné : ma réponse sera sans équivoque, NON ! Je vais me faire des ennemis, et puis on dira que c’est un site pro-HD-DVD, mais il faut voir la réalité en face. Même si il n’était pas fini, et moins performant techniquement sur le papier : dans la réalité, le HD-DVD était plus aboutit et à l’heure actuelle encore, le Blu-Ray à du mal à combler le retard. Commençons par les choses qui fâchent : le Blu-Ray est zoné, le HD-DVD ne l’était pas : sur une platine HD-DVD vous pouviez lire des HD-DVD Français, US, Canadiens, Japonais sans restriction de zone, sans le moindre problème : de ce côté, il rappelait un peu le Laserdisc. Du côté de la technique maintenant, tout ce qui était obligatoire sur le HD-DVD : le code VC-1 (pour l’image HD en 1080p), l’intéractivité HDi (pour les bonus dynamiques et le PIP), pistes audio en 5.1 en Dolby TrueHD ou DTS-HD Master Audio. Bonus Web rapatriables depuis juillet 2007, impossible sur le Blu-Ray. Il aura fallu attendre novembre 2007 et l’interactivité dynamique BD-Java pour que le Blu-Ray se mette à peu près au niveau du HD-DVD. Il faut bien comprendre que ce qui était obligatoire sur le HD-DVD n’est qu’optionnel sur le Blu-Ray (piste audio HD, port Ethernet, mémoire interne, compatibilité HDi, etc.) ce qui à laissé les constructeurs faire n’importe quoi avec leurs lecteurs. Même si depuis quelques mois, de gros efforts du côté Blu-Ray ont été fait.

hddvd07

On finit par les lecteurs HD-DVD
Si Pioneer était indubitablement le pilier du Laserdisc, Toshiba restera à jamais associé au HD-DVD. Eux seuls ont réellement sortis des lecteurs, les autres étant des hybrides : Blu-Ray/HD-DVD. Même le lecteur pour la console XBox360 de Microsoft a une mécanique Toshiba. Comme pour tous les supports, vous avez des lecteurs entrée de gamme et haut de gamme. Enlevons immédiatement un doute, vous aurez droit à un grand spectacle, même si vous n’avez pas la meilleure platine du monde. En fait ça se jouera après sur la partie son, et sur le fait que vous n’aurez pas la full HD en 1080p. En effet, la prise HDMI est en 1.2 sur les lecteurs d’entrée de gamme et ne peut donc véhiculer le son en 7.1,. Seule la HDMI 1.3 des lecteurs haut de gamme le peut. Le dernier point étant que l’upscale DVD sur une platine d’entrée de gamme est moins bon que sur une platine haut de gamme. En conclusion, si vous le pouvez : prenez une platine Toshiba HD-EP30 ou HD-EP35 qui vous fournira du 1080p et la lecture des films à 24 images/seconde. Évidemment, si vous le pouvez prenez la Toshiba EX-1 qui est vraiment le nirvana pour la HD et pour l’upscale du DVD (qui dépasse de loin l’upscale fait par la Playstation 3) !

HD-DVD

Le HD-DVD : une passion (pour un support) indéniable !
Eh ! Bien voilà, nous l’avons fait ! Notre intérêt ne cessant de grandir pour le HD-DVD, depuis sa mort récente, il offre désormais la Haute-Définition pour tous aussi bien que le Blu-Ray (voir en mieux) pour un tout petit prix ! Avec lui, fini l’image qui « pique » les yeux, mais outre cela, il présente bien des avantages désormais qu’il serait idiot de négliger. Les coffrets sont aussi beaux que ceux du DVD à collectionner et en plus Toshiba, véritable porte-drapeau du support, à su construire des platines qui permettront à vos vieux DVDs de retrouver une seconde jeunesse grâce à l’Upscale que celles-ci réalisent !
Le HD-DVD a perdu la guerre du support Haute-Définition face au Blu-Ray, tout comme le Laserdisc en son temps, a perdu face au DVD. Dès l’annonce de la mort du HD-DVD, ce fut un véritable « sauvons les meubles avant qu’il ne soit trop tard » de la part des éditeurs, pour tous se précipiter vers le support bleu ennemi. Néanmoins, un joli petit catalogue de titres a quand même pu voir le jour : que ce soit en France, bien sûr, mais également aux USA ainsi qu’en Angleterre. Le Japon est le grand absent de ce support : étrange lorsque l’on sait que Toshiba, une compagnie nipponne était à l’origine de la création du support. Ce site dédié au HD-DVD ne comportera pas de base de données des titres : c’est inutile, vu la quantité. Mais ils seront tous répertoriés (sous forme de fiches) avec leurs caractéristiques techniques, et l’image de leurs jaquettes (avec une possibilité de télécharger une version en haute résolution en haute déf !). Une petite présentation du support comme une piqûre de rappel est également mise en ligne, ainsi que les différents lecteurs sortis et d’autres choses. Si vous êtes un convaincu du clan Rouge, et que les sirènes du clan Bleu ne vous séduisent pas encore, alors faites une petite « pause » haute-définition sur notre site, pour découvrir un excellent support qui n’a pas eu une vie assez longue à notre goût et qui n’a pas eu le succès qu’il méritait !
Bienvenue dans le monde de la haute-définition en compagnie du HD-DVD et de notre site, n’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires sur notre forum de Laserdisc Plaza. Ce site est une annexe de celui dédié au Laserdisc, parce que le HD-DVD méritait bien qu’une partie complètement autonome lui soit consacrée.